L’Artias

L’Artias

image_pdfimage_print

Depuis la partie gauche de cette page d’accueil, vous naviguerez sur l’Artias: ce qui concerne l’association, ses activités, ses publications, son fonctionnement.

 

Activités

Oct.

Coronaveille Artias

Dernier numéro paru le 7 octobre 2021: pdf à télécharger. L’Artias a publié régulièrement une veille des ordonnances Covid-19 sur… Voir tout le texte

Dernier numéro paru le 7 octobre 2021: pdf à télécharger. L’Artias a publié régulièrement une veille des ordonnances Covid-19 sur les aspects qui peuvent impacter l’aide sociale.

Nov.

Journée d’automne 2021

Thème : Hors dispositifs, hors radars : coup de projecteur sur le non-recours aux prestations sociales. La journée d’automne aura… Voir tout le texte

Thème : Hors dispositifs, hors radars : coup de projecteur sur le non-recours aux prestations sociales.

La journée d’automne aura lieu le jeudi 18 novembre 2021, au Musée Olympique de Lausanne (certificat covid obligatoire). Programme pdf

Veille

Synthèse des travaux législatifs fédéraux

La veille législative de l’Artias dans un condensé des objets en cours qui comprend un résumé des mises à jour… Voir tout le texte

La veille législative de l’Artias dans un condensé des objets en cours qui comprend un résumé des mises à jour durant la session ; puis un document par thème ou sous-thèmes :

Les modifications intervenues durant la session d’automne concernent :

  • Stabilisation de l’AVS (AVS 21): traitement des divergences.
  • Couverture sociale dans l’agriculture: adoption de deux motions visant à améliorer la couverture sociale de la conjointe (ou du conjoint, du ou de la partenaire enregistré-e) travaillant dans l’exploitation.
  • Adoption de l’initiative parlementaire Romano. Introduire des allocations en cas d’adoption d’un enfant.
  • Loi sur les étrangers et l’intégration, modification. Accès plus facile à l’emploi pour les personnes admises à titre provisoire, interdiction de se rendre dans le pays d’origine et restrictions en matière de voyage. Traitement des divergences.
  • Rejet de la motion Baume-Schneider. Prendre en considération la situation des personnes sans statut légal.

Artias – Paola Stanić

Dossier du mois

Ecouter la voix des bénéficiaires de l’aide sociale : le projet Participation de l’Artias

Il est fondamental d’intégrer la voix des bénéficiaires de l’aide sociale dans les prises de décisions qui les concernent. Partant… Voir tout le texte

Il est fondamental d’intégrer la voix des bénéficiaires de l’aide sociale dans les prises de décisions qui les concernent.

Partant de ce principe, l’Artias a lancée en 2018 le projet-pilote romand « Mettre en œuvre la participation des bénéficiaires de longue durée de l’aide sociale à la définition de leurs besoins spécifiques et à l’amélioration de leur prise en charge », dit « projet Participation ». Pendant neuf mois, une soixantaine de bénéficiaires de l’aide sociale des différents cantons romands et de la partie romande du Canton de Berne s’est réunie dans quatre groupes d’animation décentralisés pour élaborer collectivement des propositions d’amélioration de l’accompagnement social.

Ce dossier du mois fait office de synthèse générale du projet. Il revient sur son historique, son déroulement et ses résultats principaux. Les résultats détaillés peuvent être consulté ici.

Dossier préparé par Amanda Ioset, secrétaire générale de l’Artias


> Téléchargez le dossier du mois en Pdf
> Autres éclairages sur nos thèmes Social >> Aide sociale et Social >> Lutte contre la pauvreté

Le portail thématique

Le portail thématique

image_pdfimage_print

Depuis la partie droite de cette page d’accueil, vous naviguerez sur le portail thématique: des liens sur divers documents et sur les publications de l’Artias, classés par thèmes pour permettre une vision d’ensemble d’un coup d’oeil. Et un moteur de recherche pour trouver rapidement ce que vous cherchez.

En cliquant sur « portail thématique » ci-dessus, vous pouvez rapidement prendre connaissance des nouveaux liens mis en ligne, par ordre chronologique de publication.

 

Actualités [ Voir toutes les Actualités ]

Détérioration des conditions de vie des jeunes et des personnes à bas revenu

L’Office fédéral de la statistique (OFS) a communiqué les derniers résultats de l’enquête sur les revenus et les conditions de… Voir tout le texte

L’Office fédéral de la statistique (OFS) a communiqué les derniers résultats de l’enquête sur les revenus et les conditions de vie (SILC) pour le premier semestre 2021.

L’impact de la pandémie sur les revenus des ménages est conséquent. Sur la base d’une auto-évaluation, 20% de la population estimait que le revenu total de son ménage avait baissé pendant les douze derniers mois et plus de la moitié de ces personnes (11,3%) attribuait cette baisse à la pandémie de Covid-19. Ce sont en particulier les personnes actives dans l’hébergement et la restauration (35,5%), celles dont le revenu est bas (19,5%) et les personnes de nationalité étrangère (16,7%) qui ont connu des baisses.

Près de 50% de la population active a pu travailler au moins partiellement à domicile pendant la pandémie. Néanmoins, l’OFS confirme sur ce plan des différences significatives entre les groupes de population. Alors que 67,7% des personnes ayant une formation tertiaire et 72,3% de celles ayant un revenu élevé ont pu faire du télétravail, c’était le cas de seulement 39,9% des personnes de nationalité étrangère, de 31,7% des personnes dont le revenu est bas et de 16,6% des personnes sans formation post-obligatoire. Les secteurs les plus touchés économiquement par la crise sont ceux pour lesquels le télétravail était difficile ou impossible à réaliser (hébergement, restauration, arts, spectacles et activités récréatives). 

Après s’être fortement dégradé au début de la pandémie, le sentiment de sécurité de l’emploi s’est renforcé en 2021. Il reste néanmoins encore significativement inférieur à 2019.

La crise a également eu un effet négatif sur la santé psychique de la population. L’enquête a montré que 40,2% des personnes interrogées a indiqué que la pandémie avait entraîné des conséquences négatives sur son moral pendant le premier semestre 2021. Chez les jeunes (16 à 24 ans), ce taux était particulièrement élevé (55,1%). L’impact de la pandémie sur le moral des personnes résidant dans des zones faiblement peuplées est en revanche moins important (36,4%).

> Autres éclairage sur notre rubrique Social >> Pauvreté >> Qualité de vie et pauvreté

Insertion professionnelle et sociale : la motivation n’est pas le problème – la contrainte n’est pas la solution

Depuis 2018, la participation des bénéficiaires de l’aide sociale de la Ville de Zurich aux programmes d’insertion professionnelle et sociale… Voir tout le texte

Depuis 2018, la participation des bénéficiaires de l’aide sociale de la Ville de Zurich aux programmes d’insertion professionnelle et sociale s’effectue sur une base volontaire. Une évaluation montre que ce changement de paradigme a fait ses preuves, tant pour les bénéficiaires que pour les collaborateurs et collaboratrices du service social.  

La nouvelle stratégie de la ville de Zurich pour l’insertion professionnelle et sociale des bénéficiaires de l’aide sociale se base sur la réalité du monde du travail. Il s’agit de tenir compte des possibilités réalistes des personnes concernées sur le marché du travail. Sur ce plan, la Ville de Zurich relève que ce n’est pas le manque de motivation qui empêche la majorité des bénéficiaires qui sont capables de travailler de trouver un emploi, mais bien le fait que les exigences du marché du travail sont trop élevées.

Les personnes qui, en raison d’un manque de qualifications ou de problèmes de santé, n’ont que peu de chances de décrocher un emploi doté d’un salaire leur permettant de subvenir à leurs besoins ont la possibilité de participer de plein gré à des mesures d’insertion sociale, sans obligation et sans la pression de devoir atteindre un objectif.

L’absence de contrainte et de sanctions éventuelles n’est pas totale : la participation aux programmes d’insertion professionnelle reste obligatoire pour les bénéficiaires qui montrent trop peu de motivation à accepter un emploi sur le marché du travail primaire, alors qu’elles ont de bonnes chances d’en trouver un. Depuis 2018, cela représente une cinquantaine de personnes au total.

L’évaluation a montré que depuis l’introduction de la nouvelle approche basée sur le volontariat, le nombre de participant-e-s aux programmes d’insertion n’a pas diminué. La Ville de Zurich en conclut que l’insertion sociale et professionnelle peut fonctionner sans contrainte.

Lien vers le communiqué de presse (allemand) : cliquez ici

> Autres éclairages sur notre rubrique Travail >> Insertion

Winterthur : une réduction de la charge de travail des AS permet de réaliser des économies

De septembre 2015 à février 2017, la Ville de Winterthur et une équipe de recherche de la Zürcher Hochschule für… Voir tout le texte

De septembre 2015 à février 2017, la Ville de Winterthur et une équipe de recherche de la Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften (ZHAW) ont mené un projet pilote afin d’examiner les effets d’une réduction de la charge de dossiers des assistantes et assistants sociaux (AS) sur les coûts par dossier et le taux de sortie de l’aide sociale. Le service d’aide sociale de Winterthur se distinguait à ce moment-là par un nombre moyen de dossiers par AS très élevé (jusqu’à plus de 140).

Pendant 18 mois, le nombre de dossiers de trois AS a été limité à 75 par poste à 100%, tandis que les autres AS conservaient leur charge de 124 à 143 dossiers. En comparant les statistiques du groupe pilote et du groupe témoin, l’équipe de recherche a pu calculer que le groupe pilote, grâce à un accompagnement plus étroit des bénéficiaires, avait réalisé une économie moyenne d’environ 1’452 Fr. par cas et par an, ce qui représentait au total un potentiel de plus de 4 millions de francs de réduction des coûts pour la ville de Winterthur, si la charge de tous les AS était réduite à 75 dossiers maximum. Les résultats de ce projet-pilote ont été publiés dans un rapport de novembre 2017, qui a été récemment traduit en français.

Pour donner suite à ces premiers résultats encourageants, le conseil municipal de Winterthur a décidé d’augmenter les ressources en personnel afin d’alléger la charge de travail de l’ensemble des AS du conseil social, cela pour une période limitée à quatre ans. Le Bureau BASS a été mandaté pour suivre cette réduction globale de la charge de travail (de plus de 120 dossiers à moins de 80) et en a présenté les effets dans un rapport.

La réduction de la charge de travail a conduit ce que les AS disposent désormais d’une meilleure vue d’ensemble de leurs dossiers et de davantage de temps pour conseiller et accompagner les bénéficiaires, si nécessaire de manière approfondie. Cela s’est traduit par une diminution des coûts mensuels de 75.50 Fr. par dossier, soit une diminution de 3,6 %.

Par ailleurs, le taux de sortie de l’aide sociale a augmenté de 27%, ce qui s’explique par deux facteurs. D’une part, par des sorties en lien avec l’exercice d’une activité professionnelle comme la prise d’un emploi ou l’augmentation du taux d’activité. D’autre part, par le versement d’autres prestations en amont, comme des bourses d’étude ou des pensions alimentaires.

La réduction de la charge de travail a permis de réaliser une économie de 4,3 millions de francs pour l’année 2019 (2 millions grâce à la diminution du coût mensuel moyen par dossier et 2,3 millions grâce à l’augmentation des sorties). En soustrayant les coûts de personnel supplémentaires de 1,6 millions de francs, on arrive à une économie nette de 2,7 millions de francs, soit 3,5 % des coûts d’aide sociale de la ville de Winterthur.

> Autres éclairage sur notre rubrique Social >> Aide sociale >> Organisation de l’aide sociale