Journées Artias

2019 – Acteurs de nos vies Construire demain et rendre l’impossible possible

> Programme

CSIAS 2018 – L’appréciation dans l’aide sociale – utiliser les marges de manœuvre à bon escient

Le principe directeur de l’individualisation exige que l’aide soit adaptée à chaque cas individuel et qu’elle corresponde tant aux objectifs de l’aide sociale en général qu’aux besoins de la personne concernée en particulier. La décision concernant la prestation d’aide et la nature de l’aide se fonde sur la législation respective qui, en règle générale, accorde une certaine marge de manoeuvre à une évaluation professionnelle. Dans la loi, ce principe est appelé «appréciation». Des normes d’appréciation (p. ex. formulations potestatives dans la loi) permettent une intervention souple des professionnel/les et des autorités ainsi qu’un degré élevé d’équité dans le cas individuel. Dans le quotidien, l’application de la marge de manoeuvre ou de l’appréciation demande un haut niveau de professionnalisme d’une assurance professionnelle.

La Journée nationale de Bienne propose une plate-forme de présentation et de discussion de possibilités d’intervenir ainsi que des approches de bonne pratique.

> Jeudi 22 mars 2018, de 8h45 à 16h15, au Palais des Congrès de Bienne

> Programme, présentations et ateliers

2017 – Quatuor en démocratie majeure – Le travail social à l’articulation entre population, mouvements citoyens et collectivités publiques

> Programme
> Actes 2017

CSIAS 2017 – La formation plutôt que l’aide sociale: des chances pour les adultes

En Suisse, une formation professionnelle insuffisante est l’un des facteurs principaux de risque de pauvreté. Le progrès technologique a pour conséquence que la demande de professionnels bien formés est forte, qu’en revanche, les travaux simples répétitifs sont souvent exécutés par des machines et que les personnes faiblement qualifiées ont donc de plus en plus de peine à trouver un emploi. Il est dès lors absolument décisif que les personnes sans formation professionnelle aient accès à une formation de rattrapage même à l’âge adulte. Les différentes conditions et situations de vie qu’apportent les personnes concernées exigent toutefois des offres de formation adaptées à l’individu, ce qui pose un défi de taille au système de formation professionnelle, aux offres de formation de rattrapage destinées aux adultes et au mandat d’intégration de l’aide sociale.

La Journée nationale de Bienne propose une plate-forme de présentation et de discussion de possibilités d’intervenir ainsi que des approches de bonne pratique.

> Mercredi 8 mars 2017, de 8h45 à 16h15, au Palais des Congrès de Bienne

> Programme, présentations et ateliers

CSIAS 2016 – Réfugiés et personnes admises à titre provisoire : accès progressif au marché du travail

Le taux d’aide sociale élevé et la faible participation à la vie active des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire posent un problème en termes de politique du marché du travail et de politique sociale: d’une part, les potentiels des personnes du domaine de l’asile ne peuvent pas être exploités en faveur du marché de travail suisse. D’autre part, les réfugiés et les personnes admises à titre provisoire au chômage ont besoin d’être soutenus par l’aide sociale sur une longue durée, ce qui peut représenter une charge pour les cantons et tout particulièrement pour les communes. Pour maîtriser ce défi, la collaboration de tous les échelons étatiques avec le concours de l’économie et la société civile est indispensable.

La Journée nationale à Bienne propose une plate-forme pour présenter et discuter les possibilités d’action ainsi que des approches de bonne pratique.

> Jeudi 17 mars 2016, de 8h45 à 16h30, au Palais des Congrès de Bienne

> Archives des documents CSIAS 2016

2015 – Dé-chiffrer le travail social : Et si on valorisait le sens et les espaces d’action ?

> Programme (format PDF)
> Actes 2015
> Reportage CanalAlpha « L’Artias: 20 ans de travail social et ce n’est pas fini »
> Série d’articles « Nul n’est à l’abri » parus dans le Journal du Jura :

1. Vivre dans l’angoisse des factures : 12 mai 2014
2. Une menace d’inexistence sociale : 27 mai 2014
3. Beaucoup rognent sur la nourriture : 14 juin 2014
4. Sans formation, ils sont largués : 28 juin 2014
5. La gestion de la détresse humaine : 16 juillet 2014
6. Un pied dans le marché du travail : 9 septembre 2014
7. La fragilité, cette épée de Damoclès : 30 septembre 2014
8. Expliquer pour éviter la stigmatisation : 30 janvier 2015

CSIAS 2015 – Court, long, permanent: analyses et réponses au sujet du soutien de longue durée

Les êtres humains qui ne sont pas en mesure de subvenir à long terme à leurs besoins par leurs propres moyens existent depuis toujours. Mais ce qui a changé au fil du temps, ce sont les réponses que la société et l’état social y apportent. Près d’un tiers des cas courants ont besoin d’être soutenus par l’aide sociale depuis plus de cinq ans.

Une analyse de la situation sera suivie d’un regard vers le futur, sur les évolutions et les chances sur le marché du travail. Car celles-ci n’inflencent pas seulement le taux d’aide sociale, mais également la durée du soutien. Des réflexions sur les possibilités de proposer des offres de formation faciles d’accès intéressent également en vue d’une future pénurie de main-d’œuvre.

Les ateliers offrent un cadre pour une analyse plus approfondie du problème et pour la discussion et le développement d’approches de la part de l’aide sociale, de l’économie et de l’Etat social pour résoudre la problématique du nombre croissant de bénéficiaires de longue durée.

> Mercredi 11 mars 2015, de 8h45 à 16h30, au Palais des Congrès de Bienne

> Archives des documents CSIAS 2015

2014 – Souffrance sociale et santé psychique: le rôle pivot du travail social

> Programme (format PDF)
> Actes 2014